Qu'est-ce qu'un ballon à gaz ?


Voici quelques explications pour mieux connaître la morphologie et le mode de fonctionnement d'un ballon à gaz. Comme ces ballons sont plus rares, les informations seront moins détaillées que pour la montgolfière.

Un ballon à gaz est un aéronef de la classe des aérostats. Le ballon à gaz est aussi appelé "Charlière", du nom du professeur Charles, qui l'inventa en 1783.

Le ballon à gaz paraît souvent assez grand mais ceci est dû au fait de l'éloignement de la nacelle et du ballon (voir schéma suivant). En fait, l'enveloppe est bien plus petite que celle d'un ballon à chaud car la force ascensionnelle d'un gaz comme l'hélium ou l'hydrogène est plus importante que celle de l'air chaud. Il est composée de deux grandes parties :

Voici ci-dessous quelques schémas illutrés qui vous permettront de mieux appréhender les éléments fondamentaux d'un ballon à gaz. Si vous voulez des explication sur un terme de la légende, cliquez dessus. Le glossaire comporte toutes les explications complémentaires.
A: "Pôle nord" ou calotte

B: Soupape

C: Panneau de déchirure

D: Équateur

E: Filet

F: Collerette pour détourner l'eau de pluie

G: "Pôle Sud"

H: Manche

I: Corde du panneau de déchirure

J: Corde de soupape

K: Suspentes

L: Cercle de charge

M: Guiderope

N: Nacelle
A: Cercle de charge

B: Cordes

C: Instruments: altimètre et variomètre

D: Sac de lest et pelle

E: Guiderope

Coment se gonfle un ballon à gaz ?

Le ballon à gaz nécessite tout d'abord du gaz et ceci en grande quantité. Un camion de gaz ou une alimentation en gaz est donc nécessaire. L'équipage déplie l'enveloppe et l'étend à plat. Un homme se faufile alors à l'intérieur et se glisse jusqu'à la calotte pour y disposer la soupape.
Les cordes de manoeuvre du panneau de déchirure et de la soupape sont alors installées. Elle passent par le bas de la manche.


66 Ko
Une fois la soupape fixe, les équipiers revêtent l'enveloppe de son filet et y fixent les sacs de sable. Le remplissage de gaz se fait alors. L'enveloppe enfle progressivement mais est toujours retenue par les poids des sacs de sable.
80 Ko

64 Ko
Le gonflement terminé, on ajuste le cercle de charge puis la nacelle en dessous de l'enveloppe qui flotte désormais au-dessus de la tête de l'équipe. Le ballon peut alors décoller !
52 Ko
Il est assez rare de voir un ballon à gaz décoller (il y en a très peu en France à cause du coût du gaz) donc si vous avez l'opportunité d'en voir, ne ratez pas cette occasion !

Peut-on diriger un ballon à gaz ?

Tout comme pour la montgolfière, il est impossible de diriger son vol puisque si le gaz porteur n'est pas le même, le principe lui est bien le même !

À quelle hauteur vole-t-elle ?

Le pallier d'un ballon à gaz étant plus délicat à maintenir que celui d'une montgolfière, les ballons à gaz volent en général assez haut du sol (500 mètres et plus, le but du jeu étant d'éviter la zone des turbulences thermiques). Le record du monde d'altitude est détenu par un ballon à gaz : plus de 34000 mètres.

Quand peut-on voler ?

Les conditions météorologiques qu'impose le pilotage d'un ballon à gaz sont moins contraignantes que celles d'un montgolfière. Souvent, les vols ont lieu sur des périodes assez longues (4, 5 heures voire 2 ou 3 jours lors de la course "Gordon Bennett" où il faut réaliser la plus grande distance possible), durées pendant lesquelles il est difficile d'être sûr de la météo.

Peut-on voler n'importe où ?

Non, comme tout aéronef, le ballon est soumis à réglementation ! Le pilote doit connaître et respecter la réglementation aérienne. Lorsqu'il s'agit d'une manifestation publique, une autorisation doit être demandée à différentes administrations avec un certain délai.

Combien ça coûte ?

Parmis les ballons à gaz volant, nombreux sont ceux qui ont été construits "à la maison". J'ignore les prix exacts pratiqués par les constructeurs, mais il me semble qu'ils sont particulièrement élevés.

L'Aérostation à la Française


Arnaud Deramecourt

L'adresse de cette page est : http://aerostation.free.fr/ffa/ballgaz.shtml
Dernière mise à jour le 03/04/2002